Skip to Main content Skip to Navigation
Conference papers

Géologie et paléontologie de l’ambre du Congo, le premier ambre crétacé fossilifère d’Afrique

Résumé : L’ambre est une formidable source de données pour la reconstitution des écosystèmes terrestres anciens, mais sa distribution géographique et stratigraphique demeure lacunaire. En Afrique, l’ambre est relativement rare et le plus souvent dépourvu d’inclusions organiques fossiles. Le premier ambre crétacé fossilifère africain, découvert récemment dans la chaine du Mayombe, en République du Congo, est présenté ici. L’ambre s’est accumulé avec des débris végétaux dans le terme argilo-dolomitique qui constitue la partie supérieure de la Formation Chéla (un équivalent du membre Vembo de la Formation Gamba du Gabon) et daté de l’Aptien moyen par l’étude de son contenu micropaléontologique (palynomorphes et ostracodes). La caractérisation de l’ambre par thermochimiolyse couplée à la spectrométrie de masse (THM-GC-MS) indique une résine de classe Ib typique des gymnospermes, et plus particulièrement des familles de conifères Araucariaceae, Cupressaceae, Podocarpaceae, et Cheirolepidiaceae. Les bois fossilisés trouvés avec l’ambre sont attribuables aux genres Agathoxylon et Brachyoxylon, tandis que les gen- res Araucariacites et Classopollis (ce dernier abondant) sont présents parmi les palynomorphes, suggérant une Araucariaceae ou une Cheirolepidiaceae comme plante source de la résine. L’ambre du Congo se présente majoritairement sous la forme de galets de couleur rouge sombre, peu translucides. La prospection et l’étude d’inclusions fossiles, réalisées au moyen de la microscopie standard et de l’imagerie synchrotron, ont permis la découverte d’une faune diversifiée d’arachnides (Acari: Gustavioidea, Anystoidea; Araneae), d’insectes (Hyme- noptera: Evaniidae, Platygastroidea; Hemiptera: Aleyrodidae; Psocoptera: Trogiomorpha; Diptera: Chironomidae), ainsi que de nombreux débris végétaux, fongiques, et bactériens. Certaines de ces inclusions et la forme en galet des morceaux d’ambre suggèrent un piégeage dans la résine préférentiellement au niveau du sol. Les études sédimentologiques et taphonomiques indiquent un dépôt de l’ambre et des débris végétaux en milieu lacustre, dans un bassin interne connecté épisodiquement à l’océan, et sous un paléoclimat chaud avec une saisonnalité marquée.
Document type :
Conference papers
Complete list of metadata

https://hal-insu.archives-ouvertes.fr/insu-03524068
Contributor : Isabelle Dubigeon Connect in order to contact the contributor
Submitted on : Thursday, January 13, 2022 - 9:11:45 AM
Last modification on : Tuesday, June 14, 2022 - 9:21:01 AM

Identifiers

  • HAL Id : insu-03524068, version 1

Citation

Valentine Bouju, Vincent S Perrichot, Vincent Delhaye-Prat, Johanne Esnault, Laurent Jeanneau, et al.. Géologie et paléontologie de l’ambre du Congo, le premier ambre crétacé fossilifère d’Afrique. 27 ème Réunion des sciences de la Terre (RST 2021), Nov 2021, Lyon, France. pp.711. ⟨insu-03524068⟩

Share

Metrics

Record views

48