Service interruption on Monday 11 July from 12:30 to 13:00: all the sites of the CCSD (HAL, EpiSciences, SciencesConf, AureHAL) will be inaccessible (network hardware connection).
Skip to Main content Skip to Navigation
Conference papers

Climat en Arctique du Paléocène à l’Eocène supérieur (58-40 Ma) d’après les pollens du site IODP 302 (ACEX)

Résumé : Les forages IODP 302, réalisés au centre de l’Océan Arctique près de la ride de Lomonosov, bénéficient d’un cadre bio-chrono-stratigraphique de la fin du Paléocène à l’Eocène moyen- supérieur (Backman et al., 2006). Malgré la multiplicité des analyses (sédimentologie, géochimie, micropaléontologie) menées sur ces archives sédimentaires, une seule étude concerne le pollen, concentrée sur la base du forage M0004 (PETM – ETM2) et proposant des valeurs paléoclimatiques biaisées par la faiblesse des identifications botaniques des grains de pollen (Willard et al., 2019). Dans notre étude soutenue financièrement par IODP-France, nous avons analysé le contenu pollinique des forages M0004 et M0002. L’abondance des pollens, leur excellent état de préservation ainsi que la diversité végétale élevée (plus de 100 taxons identifiés) témoignent du voisinage très proche de terres émergées de la marge sibérienne. L’identification botanique rigoureuse du pollen permet des reconstitutions robustes de la végétation et du paléoclimat. L’environnement était forestier, dominé alternativement par Glyptostrobus ou Castanopsis-Lithocarpus. Le diagramme pollinique est directement corrélable avec la courbe de δ18O de référence (Cramer et al., 2009). Les maxima thermiques sont exprimés par de forts pourcentages de plantes subtropicales avec la présence parfois importante de plantes tropicales. L’élément de mangrove, Avicennia (que nous avions signalé dans l’Eocène inférieur de l’île sibérienne de Faddeevsky et du Delta de Mackenzie, Suan et al., 2017 ; Salpin et al., 2019), signe chaque maximum thermique, du PETM au MECO, avec des valeurs de la température moyenne annuelle élevées, comprises entre 18 et 22°C, des températures du mois le plus chaud pouvant atteindre une moyenne de 27°C et du mois le plus froid ne descendant pas au-dessous de 10°C. Les précipitations annuelles allaient de 1200 à 1400 mm. Cette étude révèle en outre l’impact qu’une longue période très chaude peut avoir sur les plus hautes latitudes du globe et sur l’expansion de la végétation thermophile.
Complete list of metadata

https://hal-insu.archives-ouvertes.fr/insu-03521382
Contributor : Isabelle Dubigeon Connect in order to contact the contributor
Submitted on : Tuesday, January 11, 2022 - 3:14:23 PM
Last modification on : Tuesday, July 5, 2022 - 10:13:53 AM

Identifiers

  • HAL Id : insu-03521382, version 1

Citation

Séverine Fauquette, Jean-Pierre Suc, Speranta-Maria Popescu, Cécile Robin. Climat en Arctique du Paléocène à l’Eocène supérieur (58-40 Ma) d’après les pollens du site IODP 302 (ACEX). 27 ème Réunion des sciences de la Terre (RST 2021), Nov 2021, Lyon, France. pp.589. ⟨insu-03521382⟩

Share

Metrics

Record views

24