Skip to Main content Skip to Navigation
Conference papers

Création d’une base de données d’empreintes stanol pour identifier la présence de mammifères en contexte archéologique

Résumé : En archéologie, il est crucial de pouvoir identifier les différents animaux présents sur site afin de mieux cerner les interactions passées entre hommes, animaux et environnement et de comprendre comment les hommes se sont adaptés à leur milieux dans diverses situations. Selon les contextes et les études (nomadisme, conditions de préservations, pillage etc.), il n’est pas rare de manquer d’évidences macroscopiques sur des sites archéologiques (os, poteries ou autre artefacts). Cependant, les évidences microscopiques et moléculaires peuvent, elles, être préservées. Parmi les évidences moléculaires, les biomarqueurs fécaux, stanols et acides biliaires, ont régulièrement été utilisés pour identifier la présence de résidus fécaux provenant de différents animaux issus des grands groupes alimentaires (omnivores, herbivores, carnivores ; Bethell et al, 1994, Bull et al., 2002, Devane et al., 2015). Cependant, l’identification d’espèces issues d’un même groupe alimentaire est délicate car la distribution de ces biomarqueurs fécaux dans leurs fèces peut être similaire et rendre ainsi leurs empreintes fécales indistinctes, particulièrement lorsque seuls les stanols fécaux sont pris en compte (Leeming et al., 1996). Malgré cela, stanols et acides biliaires ont récemment été utilisés en combinaison pour identifier différentes espèces d’herbivores sur des sites archéologiques (Prost et al., 2017, Zoccatelli et al., 2017). Toutefois, l’identification des empreintes fécales relatives aux différentes espèces est souvent faite en comparant les distributions des marqueurs fécaux dans des échantillons de référence ou en utilisant des ratios « diagnostiques » basés sur les biomarqueurs les plus abondants (Derrien et al., 2017, Prost et al., 2017). Or, ces ratios peuvent induire en erreur sur l’attribution d’une empreinte stanol particulière, quand l’utilisation de statistiques multidimensionnelles peut améliorer cette distinction (Derrien et al., 2011, Jardé et al., 2018). De plus, l’analyse des acides biliaires reste délicate en comparaison à celle des stanols. Dans cette étude, la distribution des stanols fécaux de 90 échantillons références a été analysée afin de créer une base de donnée regroupant diverses espèces pouvant être rencontrées sur des sites archéologiques (humains, porcs, vaches, chevaux, chèvres, moutons, chiens, rennes…). A partir de ces distributions, des analyses en composantes principales (ACP) ont été réalisées afin de faire la distinction entre différentes empreintes stanols, même au sein d’un même groupe alimentaire tel les herbivores. L’une de ces ACPs, utilisée comme model prédictif, a été utilisée pour déterminer l’empreinte stanol de sols issus d’un site archéologique (8ème-10ème siècles) de la péninsule du Iamal (Sibérie), où la domestication de rennes est un nexus dans le quotidien de peuples nomades présents ainsi que pour leurs ancêtres. Dans cette étude, nous montrons que l’analyse des stanols fécaux associée à des traitements statistiques appropriés, permet de faire la distinction entre l’empreinte stanol d’animaux à l’échelle de l’espèce et d’identifier la présence passée d’animaux sur des sites archéologiques. L’application de cette base de données d’empreintes fécales à d’autres contextes, passés ou présents, pourraient améliorer la compréhension des interactions entre humains, animaux et environnement.
Keywords : GEOF
Complete list of metadatas

https://hal-insu.archives-ouvertes.fr/insu-02042429
Contributor : Isabelle Dubigeon <>
Submitted on : Wednesday, February 20, 2019 - 1:59:13 PM
Last modification on : Thursday, January 9, 2020 - 11:16:02 AM

Identifiers

  • HAL Id : insu-02042429, version 1

Collections

Citation

Loic Harrault, Karen Milek, Emilie Jardé, Laurent Jeanneau, David Anderson. Création d’une base de données d’empreintes stanol pour identifier la présence de mammifères en contexte archéologique. La Matière Organique dans tous ses états, 4ème séminaire du ResMO, Feb 2018, Trégastel, France. ⟨insu-02042429⟩

Share

Metrics

Record views

37