Skip to Main content Skip to Navigation
Conference papers

Mécanismes à l’origine de l’expression sédimentaire des longs cycles de Milankovitch

Résumé : Les alternances marnes-calcaires offrent un enregistrement spectaculaire des cycles d’insolation causés par les mouvements de l’orbite terrestre. Ces alternances sont fréquemment groupées par faisceaux de 5 ou 20 alternances respectivement liées à l’excentricité de 100 ka et 405 ka. Du reste, les cycles d’excentricité concentrent l’essentiel de la variance des séries paléoclimatiques dans la bande de Milankovitch. Dans les séries d’insolation en revanche, la précession concentre l’essentiel de la variance. Je synthétise ici des résultats acquis dans le Domaine Subbétique (Espagne), dans les Monts Gerecse (Hongrie) et dans le Bassin Vocontien (France), trois bassins téthysiens enregistrant des alternances marnes-calcaires hémipélagiques au Crétacé inférieur. Dans ces trois bassins, les plus forts taux de sédimentation sont observés dans les marnes, ce qui suggère que les apports détritiques modulent le taux de sédimentation dans la bande de l’excentricité à 405 ka mais aussi à 2,4 Ma. Par ailleurs, dans le Domaine Subbétique, les proxies des apports détritiques montrent un cycle de 405 ka dominant la puissance spectrale des spectres, tandis que les proxies impliquant la production carbonatée montrent une atténuation de ce cycle de 405 ka. Dans les Monts Gerecse, la puissance spectrale de la susceptibilité magnétique et du gamma-ray est dominée par le cycle de 405 ka tandis que celle du d13Cbulk est dominée par le cycle de 100 ka. Dans le Bassin Vocontien, des pics d’humidité se succèdent tous les 2,4 Ma et sont associés à des pics d’argilosité tandis que l’arrivée d’alternances plus carbonatées tend à supprimer l’enregistrement de l’excentricité. Les phénomènes dominés par les apports détritiques tendent donc à enregistrer les plus longues modulations de l’excentricité tandis que les alternances mixtes carbonates/argiles tendent à exprimer principalement le cycle de 100 ka. Les effets de mémoire liés aux processus de pédogénèse et d’érosion semblent être à l’origine de ce transfert de puissance depuis la précession vers les cycles d’excentricité de 405 ka et de 2,4 Ma. Par ailleurs, le changement de producteurs carbonatés en domaines de plates-formes et en domaines pélagiques modifie la réponse des carbonates au forçage orbital. En retour, cela entraine une baisse de l’amplitude des longues modulations de l’excentricité, permettant ainsi au cycle de 100 ka de devenir le cycle dominant de certaines séries sédimentaires.
Document type :
Conference papers
Complete list of metadatas

https://hal-insu.archives-ouvertes.fr/insu-01916241
Contributor : Isabelle Dubigeon <>
Submitted on : Thursday, November 8, 2018 - 1:03:52 PM
Last modification on : Friday, April 5, 2019 - 8:18:05 PM

Identifiers

  • HAL Id : insu-01916241, version 1

Collections

Citation

Mathieu Martinez. Mécanismes à l’origine de l’expression sédimentaire des longs cycles de Milankovitch. 26ème Réunion des Sciences de la terre - RST, Oct 2018, Lille, France. pp.406. ⟨insu-01916241⟩

Share

Metrics

Record views

24