Skip to Main content Skip to Navigation
Conference papers

Bilan ” source to sink ” sur le système Congo de 40 Ma à l’Actuel : une quantification des rapports érosion chimique-érosion mécanique

Résumé : Les processus d’érosion sont de deux types, mécanique et chimique. Si le premier fait l’objet de très nombreuses études, le deuxième est plus mal contraint que ce soit au travers du couplage entre processus géomorphologiques et processus d’altération chimique ou de la connaissance du rapport entre érosion chimique et physique. En 1995, Gaillardet et collaborateurs ont proposés au travers de l’analyse de traceurs géochimiques sur le fleuve Congo actuel que se rapport entre érosion physique et chimique soit de 1,5. Afin de tester ce rapport, nous avons entrepris d’établir un bilan érosion-sédimentation fini depuis 40 Ma, sachant que le bassin versant du Congo n’a pas fondamentalement changé de ceinture climatique depuis cette époque. La mesure de la dénudation continentale a été obtenue en soustrayant la topographie actuelle à la Surface africaine, surface de corrosion (” etchplain ”) formée entre 60 et 40 Ma et préservée sous forme de nombreux lambeaux des bordures est du dôme est-africain aux hauts plateaux du Cameroun et de l’Angola, la surface actuelle de la Cuvette du Congo étant globalement la Surface africaine. La mesure des volumes déposés a été quantifiée à partir de lignes sismiques calées sur des puits pétroliers et interprétés selon les principes de la stratigraphie sismique. Les volumes mesurés, de la plaine côtière à la plaine abyssale, ont été ensuite compactés afin de pouvoir faire une comparaison avec les volumes dénudés. De 40 Ma à l’Actuel, 799 000 km3 ont été dénudés sur le bassin versant du Congo et 488 000 km3 (compactés) ont été déposés sur le delta et le cône sous-marin associé, soit un rapport de 61% entre la dénudation et la sédimentation. Pour un plus petit fleuve – l’Ogooué - situé au NW du Congo (Gabon), une mesure similaire a été faite pour le même intervalle de temps. La dénudation est de 27 500 km3 et le volume de sédiments déposés (compactés) est de 20 500 km3, soit un rapport de 74 %. Nous interprétons la différence de volume entre l’érosion et la sédimentation, comme étant la part de l’érosion chimique, sachant qu’aucun lieu de stockage sédimentaire intermédiaire (effet tampon) n’existe ni sur le bassin versant du Congo, ni sur celui de l’Oogoué. Sur le Congo, il serait similaire à celui mesuré sur l’Actuel par Gaillardet et al. (1995), sur l’Oogoué, la part de l’érosion chimique serait plus faible.
Document type :
Conference papers
Complete list of metadatas

https://hal-insu.archives-ouvertes.fr/insu-01388139
Contributor : Isabelle Dubigeon <>
Submitted on : Wednesday, October 26, 2016 - 3:19:09 PM
Last modification on : Friday, April 5, 2019 - 8:17:50 PM

Identifiers

  • HAL Id : insu-01388139, version 1

Collections

Citation

François Guillocheau, Valentin Galmier, Cécile Robin. Bilan ” source to sink ” sur le système Congo de 40 Ma à l’Actuel : une quantification des rapports érosion chimique-érosion mécanique. 25 ème Réunion des sciences de la Terre (RST 2016), Société Géologique de France, Oct 2016, Caen, France. pp.151. ⟨insu-01388139⟩

Share

Metrics

Record views

107