Skip to Main content Skip to Navigation
Books

Dosage du carbone organique dissous dans les eaux douces naturelles. Intérêt, Principe, Mise en Oeuvre et Précautions Opératoires

Résumé : Ce mémoire présente un travail de validation du dosage du carbone organique dissous (COD) et du carbone inorganique (CI) contenus dans les eaux douces naturelles développé sur l'analyseur Shimadzu©, modèle TOC 5050A. Les limites de détection calculées pour cet analyseur avec un catalyseur de sensibilité dite normale sont de 0.31 ppm pour le COD et de 0.10 ppm pour le CI, respectivement. Les limites de quantification sont logiquement plus élevées: 0.41 ppm (COD) et 0.13 ppm (CI). Ces résultats permettent de conclure que le catalyseur dit de "sensibilité normale" qui équipe en routine cet analyseur est adapté à l'analyse de la plupart des eaux douces naturelles. Les tests d'étalonnage effectués ont montré que l'appareil Shimadzu© TOC 5050A était très stable dans le temps, les dérives constatées étant inférieures à 5%. De ce fait, une procédure allégée d'étalonnage comprenant l'injection d'un seul point de gamme en début de chaque série d'échantillons suffit à garantir une bonne justesse des résultats, même si celle-ci est difficile à quantifier du fait de l'absence de solutions standard certifiées. Les trois méthodes susceptibles d'être mises en oeuvre par l'analyseur Shimadzu©, TOC 5050A (COD = CT – CI; NPOC, NPIW) ont été testées. Seules la méthode COD = CT – CI permet de doser la totalité du compartiment "matière organique dissoute" des eaux douces naturelles. Les deux autres ne permettent pas d'appréhender les molécules les plus volatiles, les écarts entre valeurs "vraies" et valeurs "mesurées" pouvant aller jusqu'à 25%.Des expériences visant à tester les modalités de préparation et de conservation des échantillons ont également été effectuées. Les résultats montrent que pour des eaux peu chargées en matière organique (COD < 2 mg.L-1), l’absence de filtration in situ ne modifie pas la teneur du COD, même après des temps de conservation aussi longs que 2 mois. Pour des eaux plus chargées comme des eaux du sol, la filtration retardée est susceptible d'engendrer des écarts importants (>5%) entre valeurs mesurées et valeurs vraies. Dans ce cas, l'opérateur soucieux de produire des résultats justes sera conduit à filtrer les eaux directement sur le terrain et à réduire au maximum l'intervalle de temps entre le prélèvement et l'analyse.
Complete list of metadatas

Cited literature [21 references]  Display  Hide  Download

https://hal-insu.archives-ouvertes.fr/insu-01193114
Contributor : Isabelle Dubigeon <>
Submitted on : Friday, September 4, 2015 - 2:25:45 PM
Last modification on : Friday, April 5, 2019 - 8:03:28 PM
Long-term archiving on: : Saturday, December 5, 2015 - 1:19:53 PM

File

PL01201.pdf
Publisher files allowed on an open archive

Identifiers

  • HAL Id : insu-01193114, version 1

Collections

Citation

P Petitjean, O Henin, G Gruau. Dosage du carbone organique dissous dans les eaux douces naturelles. Intérêt, Principe, Mise en Oeuvre et Précautions Opératoires. 64 p., 2004, Cahiers Techniques de Géosciences-Rennes, 2-914375-18-2. ⟨insu-01193114⟩

Share

Metrics

Record views

828

Files downloads

6731