s'authentifier
version française rss feed
HAL : tel-00201125, version 1

Fiche détaillée  Récupérer au format
Observatoire de Paris (20/12/2005), Françoise Combes, Lourdes Verdes-Montenegro (Dir.)
Quantification de l'environnement et caractérisation Halpha des galaxies les plus isolées de l'Univers local
Simon Verley 1
projet AMIGA (www.amiga.iaa.es) Collaboration(s)
(20/12/2005)

Le rôle de l'environnement sur l'évolution des galaxies n'est pas encore entièrement connu. Pour quantifier et mettre des limites aux rôles joués par les processus externes, on doit identifier un échantillon de galaxies isolées. Le projet AMIGA ``Analyse du Milieu interstellaire des galaxies isolées'' fait une étude multi-longueur d'ondes d'un grand échantillon de galaxies isolées pour examiner leur milieu interstellaire et l'activité de formation d'étoiles.

Nous avons étudié 950 galaxies en provenance du Catalogue de Galaxies Isolées (Karachentseva, 1973) et évalué leur isolation au moyen d'une procédure de classification automatique de séparation étoile/galaxie (jusqu'à M_B = 17.5) sur de larges champs digitalisés POSS-I autour de chaque galaxie isolée. Nous avons défini, comparé et discuté différents critères pour quantifier le degré d'isolation de ces galaxies, comme la révision du critère de Karachentseva, la densité de surface locale, l'estimation des forces de marées externes affectant chaque galaxie isolée. Nous trouvons des galaxies n'obéissant pas au critère de base de Karachentseva et nous définissons différents sous-échantillons de galaxies selon leurs degrés d'isolation. De plus nous avons cherché les redshifts des galaxies centrales ainsi que ceux de leurs compagnons pour avoir accès à la dimension radiale et ainsi une image en trois dimensions de l'environnement. Enfin, nous avons appliqué nos procédures aux triplets, groupes compacts et amas de galaxies et interprété la population de galaxies isolées à la lumière de ces échantillons de contrôle.

La formation d'étoiles est connue pour être affectée par l'environnement local des galaxies mais le taux de formation d'étoiles dépend aussi grandement des caractéristiques intrinsèques du milieu interstellaire. Séparer ces deux effets reste un problème difficile. Pour solutionner, nous avons observé et compilé des données photométriques pour 200 galaxies spirales issues du Catalogue des Galaxies Isolées qui sont par définition dans des régions de faible densité. Ensuite, nous avons étudié l'aspect de la morphologie en Halpha des 45 galaxies les plus grandes et les moins inclinées. En utilisant les techniques de Transformation de Fourier Rapide, nous nous focalisons sur les modes des bras spiraux. Nous quantifions la force des barres et nous donnons les couples entre les étoiles nouvellement formées et la matière optique. Nous interprétons les diverses barres et morphologies Halpha observées en termes d'évolution séculaire subie par les galaxies isolées. La fréquence observée des modèles morphologiques particuliers apporte des contraintes sur la durée de vie des barres, et les temps de destruction associés. En utilisant des simulations numériques, l'essai d'adapter les distributions Halpha apporte des contraintes sur la loi de formation d'étoiles, qui est susceptible de différer d'une simple loi de Schmidt.
1 :  Laboratoire d'Etude du Rayonnement et de la Matière en Astrophysique (LERMA)
CNRS : UMR8112 – INSU – Observatoire de Paris – Université Pierre et Marie Curie (UPMC) - Paris VI – Université de Cergy Pontoise – École normale supérieure [ENS] - Paris
Planète et Univers/Astrophysique
Physique – Astronomie – Astrophysique
Liste des fichiers attachés à ce document : 
PDF
main.pdf(25.5 MB)
ANNEX
soutenance.pdf(5.2 MB)